top of page

“Je”

parle

L’interrogation sur le « moi » et l’identité dissimulée derrière est ce que cherche à dévoiler une analyse. Qui s’adresse à qui et sur quel sujet ? C’est dans ce voyage que je m’engage à vous accompagner et à vous écouter. Dans une analyse, les paroles et les discours qui importent ne sont pas ceux de l’analyste, mais les vôtres, quels qu’ils soient.

2D9ED0AD-15E0-4410-BF2F-9FBF85CE1EA9.jpeg

Thérapie ou psychanalyse?

Qu’est ce qui différencie une thérapie, d’une psychanalyse? Peut-être bien le temps et l’intervention du psy. La temporalité d’une thérapie, n’est pas celle d’une analyse ou encore d’un coaching. Soigner un symptôme n’est pas la même chose que d’apprendre à vivre avec et faire avec. Dans cette différence de temporalité et d’intervention, il y est peut-être question de savoir si l’on veut que ce soit l’autre qui dise comment faire, quoi faire, ou si l’on désir découvrir par soi-même avec l’aide d’un autre. 

Qu’est qui s’y passe?

« Il ne se passe rien d’autre que ceci: ils se parlent. L’analyste n’utilise pas d’instrument, pas même pour l’examen, ni ne prescrit de médicament […]. L’analyste fait venir le patient à une certaine heure de la journée, l’engage à parler, l’entend, puis s’adresse à lui et l’engage à écouter. […] On l’invite à être totalement sincère avec son analyste, à ne rien retenir intentionnellement de ce qui lui vient à l’esprit et, par la suite, à passer outre à toutes les réticences qui voudrainent exclure de la communication bien des pensées  ou souvenirs ».

Sigmund Freud

1381F989-07A6-4F94-BF91-AAACC2DC3D47.jpeg
bottom of page